jeudi 24 mars 2016

La Maison dans laquelle / Mariam Petrosyan - Monsieur Toussaint Louverture, 2016


4ème de couverture : "Dans la Maison, vous allez perdre vos repères, votre nom et votre vie d’avant. Dans la Maison, vous vous ferez des amis, vous vous ferez des ennemis. Dans la Maison, vous mènerez des combats, vous perdrez des guerres. Dans la Maison, vous connaîtrez l’amour, vous connaîtrez la peur, vous découvrirez des endroits dont vous ne soupçonniez pas l’existence, et même quand vous serez seul, ça ne sera jamais vraiment le cas. Dans la Maison, aucun mur ne peut vous arrêter, le temps ne s’écoule pas toujours comme il le devrait, et la Loi y est impitoyable. Dans la Maison, si vous atteignez vos dix-huit ans, c'est transformé à jamais et effrayé à l’idée de devoir la quitter."

Ode à l'enfance et à l'adolescence, à l'imagination et à la peur de vieillir, "La Maison dans laquelle" est un pavé à savourer lentement. Les enfants y ont créé leur monde, leur société, différents gouvernements. Chaque microcosme y est unique, chaque personnalité extrême. L'on y suit plusieurs personnages, à divers moments de leur passage dans la maison.
Il y a ceux qui ont fait de la maison une forêt.
Il y a ceux qui ne s'y sentiront pas chez eux.
Il y a ceux qui y ont trouvé leur famille.
Il y a ceux qui n'en partirons jamais.
Il y a ceux qui ne se rappellent pas d'avant, et ceux qui viennent d'arriver.
Ceux qui ne marchent pas, qui n'ont pas de bras, des violents, des philosophes, des taiseux.
Ceux qui auraient dû mourir, ceux qui n’appartiennent pas à notre monde, des sirènes, des corneilles, des chiens et même des phœnix.
Ceux qui ne peuvent avancer sans règles strictes, et ceux qui ne fonctionnent que dans le chaos.

Excellent et difficile.