lundi 13 mai 2013

Kaleb t.1

Myra Eljundir, Robert Laffont, R, 2012, 18 €

A 19 ans, Kaleb Heglusson se découvre empathe : il commence par absorber toutes les émotions des gens qu’il croise jusqu’à l’écœurement. Puis il s’aperçoit qu’il peut influer sur leur humeur. Puis les retourner contre leur auteur... Le fait qu’il plaise aux femmes le rend d’autant plus dangereux, car on l’aime à la folie ! A la recherche de son histoire, va-t-il faire le choix du bien ou celui du mal ?

La première chose qui me vient en pensant à Kaleb, c’est que c’est vraiment le genre de mec que je déteste. Geignard, ne pensant qu’à lui-même et traitant les filles comme quelque chose de négligeable.
Et puis ça empire tout au long du livre…
Malgré tout, on n’arrive pas à croire qu’il va laisser le mal prendre le dessus. On veut croire en lui, au détriment des personnes qui subissent ses sautes d’humeur.
Et on attend impatiemment le second volume…

pour tous, dès 13 ans