dimanche 26 janvier 2014

Coeur de ténèbres (Le Cycle des âmes déchues, T.3) - Stéphane Soutoul

Le Petit Caveau, 2013, 17€90

Béatrice de Lacarme est l'une des dernière descendante de la réputée famille de chasseurs de monstres. Maudite à la naissance à cause des expériences d'un groupuscule peu fréquentable, elle est elle-même à moitié vampire. Cette particularité lui rend cependant service dans ses traques, mais lui interdit toute relation passionnée. Sa vie est bouleversée lorsque l'amie de son cousin vient leur rendre visite, accompagnée de son frère. Léandre est un homme au physique atypique et au charisme triste et mystérieux. Elle se décidera à suivre les jeunes gens jusqu'à sombre château suisse, théâtre d'une exposition internationale et de disparitions tragiques. Béatrice se rend vite compte qu'elle est au centre d'un complot, ié à son passé...

Vous remarquerez que mon style est différent de l'habituel. Je n'ai pas pu m'en empêcher, me calquant sur celui de M. Soutoul : un style ampoulé, bien qu'assez agréable. MAIS. J'ai un problème avec ce style narratif. 
Tout d'abord, le personnage de Béatrice est inhumain. Oui, je sais, elle est à moitié vampire. Mais il me semble que (contrairement, par exemple, a Lady Alexia Maccon, du Protectorat de l'ombrelle, qui se bat contre les carcans de son époque, très drôle, tout en restant une parfaire lady) son personnage est parfait. Parfait dans l'esprit de l'écrivain (tadaaaam, attention : c'est un homme ! Nostalgique de surcroît). Parfait oui, donc ennuyeux. Qui peut s'identifier à cette magnifique immortelle, douce, aimante, sensible et douée d'empathie ? Bon d'accord, elle sait aussi se battre et réfléchir (famille de chasseurs de vampires oblige), et est torturée par sa double nature. Ca n'empêche que cette femme ne me touche pas du tout. 

Je ne suis moi-même absolument pas nostalgique d'une époque ou les femmes n'avaient quasi-aucun droit et devaient correspondre à l'idéal de leurs futurs maris. C'est l'impression que me laisse l'auteur... A moins qu'il fasse un hommage sensible mais peu réaliste à l'époque. A relier les styles, je pense que je ne me plongerai jamais dans Jane Austen. J'aime les personnages de caractère, les femmes qui font face à leur époque sans se laisser marcher sur les pieds. J'aime les femmes du peuple, la noblesse (de rang ou de caractère) ne m'intéresse pas (Sauf Lady Maccon, qui sait se tourner en dérision !). Merci Aliette Renoir !
Après, certain(e)s s'y retrouveront, sans aucun doute. Vous êtes romantique ?

En dehors de ça, l'intrigue est assez bien menée, les références sont là, le style est fluide et agréable, l'idée intéressante. En fait, si vous n'êtes pas braqué(e) contre le romantisme, vous devriez même passer un bon moment !
A noter : ce tome trois se lit indépendamment des autres, que je n'ai d'ailleurs pas lus. Les tommes 1 et 2 traitent de membres précédents de la famille Lacarme.