jeudi 10 avril 2014

Animale : La Malédiction de Boucle d’Or – Victor Dixen

Gallimard, 2014, 17€90, 400 p.

Deux histoires, deux générations. 1812, Napoléon repart de la Russie, y laissant des milliers de soldats. Et autre chose. Blonde a grandit au couvent, isolée des autres étudiantes, de l’extérieur, du soleil. Elle est faible, doit perpétuellement porter des lunettes sombres. Son histoire change quand elle met la main sur un dossier de la police, et quand arrivent deux sculpteurs. Le dossier retrace la disparition d’une jeune femme vingt ans auparavant. Les sculpteurs ont besoin d’un modèle pour refaire le visage de la sainte du couvent. Le dossier l’inquiète, l’émeut, l’intrigue. Les sculpteurs l’exposent au soleil, lui rendent ses forces, l’aiment. Souhaiter partir sur les traces de la jeune femme disparue… le faire !

Blonde parlera à toutes les romantiques. Mais elle est plus que ça : rebelle, amoureuse, sauvage, sa nature se devine vite mais elle garde le secret le plus longtemps possible. Jusqu’à sombrer.


On se laisse emmener malgré soi, malgré la vision éthérée des femmes par l’auteur de Jack Sparks. Trouvaille. Suite en cours selon Internet.